Nous sommes actuellement le 10/12/2018 17:41

Le fuseau horaire est UTC-1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Gary Jennings
Message Publié : 30/10/2006 12:00 
Hors-ligne
Bibliothéquaire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17/10/2006 14:00
Message(s) : 1837
Localisation : Belgique- BW
A tous les passionnés des civilisations précolombiennes, je recommande la trilogie de Gary Jennings. Il a fait plus de 10 ans de recherche pour ces livres et ils en valent la peine en détails historiques mais aussi pour l'intrigue.


Azteca, le plus connu
Image

"Immense fresque dont le titre suggère le lieu et le temps. Fruit de plus de dix ans de recherches, ce roman historique évoque avec "bruit et fureur" cette civilisation riche et hautement évoluée, dont les vestiges imposent encore le respect et l'admiration. Narration vivante et grouillante de personnages plausibles en cette grande époque de ce qui fut l'Egypte de l'Amérique. "


L'Automne aztèque, qui se passe 10 ans plus tard
Image

"Je le revois toujours, livré aux flammes du bûcher. Lorsque je fus témoin de son exécution, j'avais dix-huit ans. Le spectacle de la mort survenue à l'occasion de sacrifices en l'honneur des dieux, de condamnations ou de simples accidents, ne m'était par conséquent pas étranger. Depuis ce jour lointain, j'ai vu beaucoup d'autres hommes périr, à la guerre ou de toutes sortes de façons différentes. Mais cette mise à mort délibérée d'un homme par le feu était la première à laquelle j'assistai. Ce fut aussi la dernière. " Tenamàxtli a six ans lorsqu'une nouvelle incroyable arrive jusqu'à Aztlan, dont son oncle est le gouverneur : le Monde Unique vient d'être envahi par des étrangers barbus à la peau blanche, qui ont traversé l'océan sur des maisons géantes surmontées d'immenses ailes blanches. Bientôt, des nouvelles plus alarmantes encore arrivent : les étrangers vainquent les nations les unes après les autres, brisent les statues des dieux pour les remplacer par les leurs. Dès lors, pour Tenamàxtli la seule chose qui compte désormais est de restaurer l'empire. Pour cela, il choisit de combattre l'ennemi sur son propre terrain. Il quitte les siens, entre en contact avec les Espagnols, apprend leur langue, adopte leur façon de vivre pour mieux percer le secret de leur puissance et préparer la revanche de son peuple. À travers la volonté du jeune Aztèque de venger les siens, nous assistons en cette fin de XVIe siècle au crépuscule d'un empire et au début d'un nouveau monde, qui deviendra la puissante et impitoyable Nouvelle-Espagne. "

Et enfin, Sang aztèque (si mes souvenirs sont bons, il se passe avant les 2 autres)
Image

"Dans le Mexique du XVIIe siècle, l'Empire aztèque vaincu est désormais une colonie appelée Nouvelle-Espagne. Dans ce nouveau monde en transformation rapide, où commence à se mettre en place le système colonial, Cristo le bâtard, un jeune métis mi-indien mi-espagnol, traverse les différentes couches de la société de son époque. Orphelin instruit par un prêtre, Cristo a grandi dans la rue et fait tous les métiers. Aventurier, coureur de jupons, menteur et tricheur, le fort sympathique Cristo doit souvent se tirer de bien mauvais pas. Il poursuit à travers ses pérégrinations une double quête, identitaire, en cherchant à percer le mystère de ses origines, et amoureuse.

Une intrigue foisonnante, riche en péripéties, et un héros attachant, font de ce roman-fleuve un véritable hommage au roman picaresque espagnol de l'époque, en même temps qu'une reconstitution érudite de la société mexicaine de l'époque. "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 04/01/2008 12:24 
Hors-ligne
Bibliothéquaire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17/10/2006 14:00
Message(s) : 1837
Localisation : Belgique- BW
La suite, Rage aztèque, est sortie

Image
Présentation de l'éditeur
Dans le Mexique de 1808, théâtre d'un Empire aztèque foulé aux pieds par trois cents ans de présence espagnole, Don Juan de Zavala est un hidalgo séduisant et son adresse à l'épée n'a d'égale que son habileté équestre et sa passion pour les femmes. Pourtant, l'homme est un gredin dévoyé qui a tous les charmes du caballero. La capiteuse Isabella pourrait bien l'apprendre à ses dépens. Mais le destin peut être tragique et quand il est sur le point d'entrer en possession de l'héritage de son oncle, Don Juan se trouve accusé par le mourant d'être d'origine aztèque illégitime, et sa vie bascule. Alors que, pour des raisons obscures, on l'inculpe de son assassinat, un secret surgi du passé mystérieux de Zavala vient menacer la couronne d'Espagne. Don Juan comprend qu'il doit fuir. Sur la route de Veracruz, il rencontre Carlos, fripon aussi charmeur qu'érudit, et s'enfonce avec lui dans la jungle perdue des Mayas, infestée de serpents et de crocodiles. Après la mort tragique de son compagnon, Zavala, caché sous l'identité de son ami, gagne l'Espagne, décidé à élucider le sombre mystère qui le menace. Entre les guerres napoléoniennes, secouée et déchirée par les soubresauts féroces de la rébellion contre les soldats de l'Empire, cette Espagne-là est loin d'être paisible. Elle offre pourtant à Don Juan les plaisirs de la splendide Barcelone, et ce magnifique exutoire qu'est la résistance. Lorsqu'il revient au pays, Don Juan est déterminé à reconquérir son héritage. Mais les ruines de l'Empire aztèque grondent et se réveillent. Nous sommes en 1810. La révolte éclate, menée par un prêtre guerrier, le Padre Hidalgo. Don Juan de Zavala embrasse alors la cause révolutionnaire et unit sa destinée à celle des insurgés. Galvanisé par le courage et l'insolence de Marina, une jeune Aztèque aux courbes affolantes, il va plonger, avec cette Rage aztèque qui est au fond le vrai sens de sa vie, dans le soulèvement qui aboutit à l'indépendance du Mexique en 1821. Roman de l'impitoyable revanche d'un Empire outragé, celui des Aztèques, sur la morgue décadente de l'Espagne moribonde du Grand Siècle, cet ouvrage remuant, violent, féroce et éminemment érotique des derniers temps de la Nouvelle-Espagne et du monde aztèque, est l'ultime volet d'une saga célébrée et traduite dans le monde entier.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18/11/2015 12:04 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 342
Azteca c'est la petite histoire qui rencontre la grande, celle de Mixtli jeune indigène issu d'une province perdue qui va peu à peu grimper les échelons et côtoyer les plus grands rois (les uey tlatoani) à Tenochtitlan (plus connu aujourd'hui sous le nom de Mexico) jusqu'à la chute de cet empire à l'arrivée des conquistadors.

MONUMENTAL. Azteca est un chef d'oeuvre reconnu faisant parti d'une trilogie comptant également Automne Aztèque et Sang Aztèque pour un total de plus de 1800 pages bien compactes! Gary JENNINGS est devenu avec ces romans un spécialiste des aztèques mais est surtout un conteur hors pair. Quasiment impossible à résumer, Azteca nous emporte à travers une foultitude d'histoires De Tenochtitlan la cité lumière de la triple alliance jusqu'en pays Mayas et jusqu'au rives bordant le golf du Mexique. Pleine de bruits et de fureur, cette épopée n'est malgré tout pas à mettre entre toute les mains: violence, sexe rien n'est épargné des moeurs de l'époque. Cependant pour la véracité de l'ensemble, c'est sûrement mieux ainsi. Mais ce qui fait la force de ce roman, c'est la façon dont le destin (via l'auteur) semble si capricieux avec notre héros. Juste un exemple (parmi tant d'autres!): Mixtli qui est tombé amoureux de sa soeur va voir celle-ci lui échapper. La croyant morte, il se vengera de son meurtrier présumé d'une façon très maline. Un jour il est amené à visiter une ménagerie (endroits ou sont entreposés les handicapés de la société mexicas!) où on lui présente plusieurs "monstres". Il tombe sur une "femme" hideuse. Il peut à peine la regarder mais aperçoit malgré tout une larme glissant de son oeil privé de paupière. Il apprendra plus tard que c'était sa soeur qui, elle, l'avait reconnu! Et c'est comme cela sur plus de 700 pages emplies de stratagèmes, de meurtres, d'amour, de mystères et d'émotions (ah, les pages sur la mort de la fille du héros, inoubliables...de même que sa vengeance!) et JAMAIS manichéen. Certes, cela demande un effort de lecture, mais en contrepartie on en ressort plus intelligent, en voici un exemple (véridique): "Lorsque les premiers espagnols débarquèrent, ils demandèrent aux habitants comment s'appelait ces endroits et ceux ci qui n'avaient jamais entendu parler leur langue, répondirent tout naturellement: "Yectetan" ce qui veut dire "je ne comprends pas ce que vous dites". Ces navigateurs en firent Yucatan." Ce volume s'arrête avec l'arrivée de Cortès prenant de force et de manière ingénieuse la cité de Tenochtitlan. C'est la fin de l'empire Aztèque et de la triple alliance et le début de la Nouvelle Espagne. Mais c'est une autre histoire...

6/5 (!)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Gary Jennings
Message Publié : 18/11/2015 15:27 
En ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25/09/2006 13:16
Message(s) : 13314
Grip, il existait déjà un sujet sur les romans de Gary Jennings.
J'ai donc fusionner les deux sujets.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC-1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB