Nous sommes actuellement le 08/12/2019 10:43

Le fuseau horaire est UTC-1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 08/02/2015 06:46 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25/09/2006 13:16
Message(s) : 13692
Image :arrow: Lire la chronique sur Plume Libre

Citer :
Gonzalo Gil reçoit un message qui bouleverse son existence : sa soeur, de qui il est sans nouvelles depuis de nombreuses années, a mis fin à ses jours dans des circonstances tragiques. Et la police la soupçonne d’avoir auparavant assassiné un mafieux russe pour venger la mort de son jeune fils. Ce qui ne semble alors qu’ un sombre règlement de comptes ouvre une voie tortueuse sur les secrets de l’histoire familiale et de la figure mythique du père, nimbée de non-dits et de silences.
Cet homme idéaliste, parti servir la révolution dans la Russie stalinienne, a connu dans l’enfer de Nazino l’incarnation du mal absolu, avec l’implacable Igor, et de l’amour fou avec l’incandescente Irina. La violence des sentiments qui se font jour dans cette maudite “île aux cannibales” marque à jamais le destin des trois protagonistes et celui de leurs descendants. Révolution communiste, guerre civile espagnole, Seconde Guerre mondiale, c’est toujours du côté de la résistance, de la probité, de l’abnégation que ce parangon de vertu, mort à la fleur de l’âge, a traversé le siècle dernier. Sur fond de pression immobilière et de mafia russe, l’enquête qui s’ouvre aujourd’hui à Barcelone rebat les cartes du passé. La chance tant attendue, pour Gonzalo, d’ébranler la statue du commandeur, de connaître l’homme pour pouvoir enfin aimer le père.
Toutes les vagues de l’océan déferlent dans cette admirable fresque d’un xxe siècle dantesque porteur de toutes les utopies et de toutes les abjections humaines.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22/02/2016 18:52 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
Mazette quel roman! Par où commencer dans ce récit polyphonique dont l'histoire traverse le siècle passé pour s'écraser littéralement au début des années 2000. Superbement écrit (j'y reviendrai), on sent que Del Arbol avec ce troisième roman maitrise son sujet...pourtant ardu! On démarre par le meurtre d'un enfant, avant que la mère de celui-ci, inspectrice, ne décide de se donner la mort, après avoir, semble t'-il, assassiné le coupable. Puis on découvre le frère de celle-ci, Gonzalo, avocat, marié à une femme qu'il n'aime plus, mais avec laquelle il continu de vivre pour ses deux enfants. Cette affaire de suicide est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, d'autant qu'au même moment, son beau père, avocat véreux, décide de lui prendre son cabinet. Del Arbol va ensuite nous emmener plus de 70 ans en arrière, à la rencontre de quatre personnes aux idéaux bien affirmés, décidé à aider la Russie dans ses travaux démesurés, destiné à démontrer la toute-puissance du communisme...sans se rendre compte que la peur de se faire dénoncer gangrène cette société corrompue. Elias, l'espagnol, va avec ses trois autres amis français, anglais et écossais, être déporté à Nazino en 1933 et rencontrer le mal incarné en la personne d'Igor, un prisonnier qui va vite devenir le maître du camp avec la complicité des gardes. Vous croyez avoir déjà tout vu? Loin de là! Il est impossible d'oublier certains passages relatant la rencontre entre Irina et Elias, leur amour pur puis leur fuite désespérée, avec la petite Anna, fille d'Irina à travers les steppes, le tout tellement bien décrit que l'on s'y croirait. Mais ce qui est le plus impressionnant dans ce roman dantesque, c'est la façon dont l'auteur analyse et démontre comment la misère et la peur peut détruire un être humain. Impossible d'oublier l'assujettissement de Martin, l'anglais et de Michael l'écossais à Igor pour simplement survivre, la détresse de Claude, le français et la déchéance d'Elias, le colosse espagnol, décidé, jusqu'à l'absurde à ne jamais céder son manteau à Igor...ceci allant jouer presque inexorablement sur le futur des protagonistes...je m'arrête là, sachant que à ce moment là, on n'en est qu'au tiers du roman! Je voudrais surtout revenir sur un passage du livre, que j'appellerais le "monologue d'Irina" (page 187 à 190), qui commence par un fulgurant: "Je ne suis pas une putain" pour se finir par cette même phrase et qui est tout bonnement un des écrits les plus beaux et les plus tristes que j'aie lu de ma vie. Tout y est, absolument tout et rien que pour cela, il faut lire ce roman. Quant à la façon dont tourne Elias, le minimum que l'on puisse dire est que ça fait froid dans le dos (et sans aucun manichéisme)! Et la façon d'écrire de cet auteur! En voici quelques exemples:" les vieux, c'est comme ça, des points noirs sur l'horizon des jeunes et leurs vaines illusions", "on fait ce qu'on ne veut pas faire quand on tombe amoureux et qu'on attribue à sa propre initiative ce qui n'est au fond qu'un renoncement", "la jeunesse n'humilie que la vieillesse de ceux qui n'ont pas vécu assez de vies"...bravo au traducteur Claude Bleton! Je pourrais encore en écrire des lignes tant les destins brisés de tous les personnages émaillant ce roman sont bouleversants, mais le mieux est de le lire!

5.5/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31/01/2017 13:18 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25/09/2006 13:16
Message(s) : 13692
Je ne peux que confirmer tout ce qu'a dit Grip sur ce magnifique roman.

Il faut absolument découvrir Victor del Arbol et son écriture.
En 3 romans (et quels romans), je suis devenue archi fan ! :coeur: :coeur:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10/03/2017 09:34 
Hors-ligne
Bibliothéquaire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17/10/2006 14:00
Message(s) : 1905
Localisation : Belgique- BW
Il y a un ordre pour les lire?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10/03/2017 13:08 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25/09/2006 13:16
Message(s) : 13692
Non, ils sont totalement indépendants les uns des autres. :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10/03/2017 13:14 
Hors-ligne
Bibliothéquaire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17/10/2006 14:00
Message(s) : 1905
Localisation : Belgique- BW
sur ma liste alors. Merci!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC-1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB