Nous sommes actuellement le 18/11/2017 18:14

Le fuseau horaire est UTC-1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 43 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message :
Message Publié : 17/07/2008 05:14 
Hors-ligne
Libraire

Inscription : 25/08/2006 08:41
Message(s) : 3377
Localisation : Le centre - Blue Cove -Delaware
:coeur: Nicole on t'adore pour cette réponse, car je me rappelle qu'au début c'est vrai tu ne pensais pas écrire une suite mais maintenant l'idée a fait son chemin tout doucement...peut être que nous y sommes pour quelque chose et bien tant mieux...
tu peux être sûre que si ton éditrice est d'accord, je sauterai sur le livre dès sa sortie et je prendrai le plaisir de relire l'étang de la mariée pour bien me remettre dans l'ambiance.

Merci Nicole de ta réponse qui me fait un plaisir immense :bisou:

Phooka si tu n'as pas lu "l'étang de la mariée" il faut que tu le lises je pense qu'il te plaira beaucoup :wink:

Maintenant on va attendre avec impatience mais je sais que tu nous tiendras au courant Nicole et je sais que tu auras du plaisir à replonger dans cette ambiance qui m'a envoûtée aussi
:bisou:

_________________
Il existe des êtres doués d'une intelligence supranormale, des génies qui possèdent entre autre la faculté d'assumer n'importe quelle identité


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/07/2008 06:33 
Hors-ligne
Libraire

Inscription : 13/03/2007 14:58
Message(s) : 3764
Localisation : Jura
Alors ça c'est une réponse que j'attendais avec impatience, et qui en plus va dans le sens que j'espérais :coeur: :coeur: :coeur:

Que ce soit une suite de l'étang de la mariée ou un autre ovni...pas un polar quoi, ce serait trop génial. J'ai tellement aimé ce livre!

Allez, hop hop hop, au boulot Dame Provence :grin: :grin: :grin:

_________________
Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire... j'ai la certitude d'être encore heureuse.
Julette Renard.


Plus une eau est pure, moins il y a de poissons. (proverbe chinois)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/07/2008 10:43 
Hors-ligne
Libraire

Inscription : 25/08/2006 08:41
Message(s) : 3377
Localisation : Le centre - Blue Cove -Delaware
Dup on va la titiller de temps en temps :wink:

_________________
Il existe des êtres doués d'une intelligence supranormale, des génies qui possèdent entre autre la faculté d'assumer n'importe quelle identité


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/07/2008 14:20 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03/07/2006 06:35
Message(s) : 7225
Localisation : Lille
On ne flood pas dans question de lecteur les filles c'est une question la réponse de l'auteur et une autre question pour donner votre avis sur les livres de nicole il y a un sujet d'ouvert dans les polars thrillers


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/07/2008 16:01 
Hors-ligne
Auteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09/06/2007 02:23
Message(s) : 1697
:grin: :grin: te fâche pas, Stfoch....c'est ce qu'on appelle la spontanéité! : sifflote :

Bon, retour en bas de la page 2 pour les nouveaux arrivants!..

.question sur l'éventualité d'une suite au roman " L'étang de la mariée :biblio:

_________________
Quand l'homme aura fini de saccager le monde,
il lui restera le chat, qui s'est toujours fait à ses défauts.
(Catherine Rihoit)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 29/07/2008 18:58 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07/05/2007 17:58
Message(s) : 5734
Localisation : Worldcity (14) près de Caen
Une petite question qui me démange depuis longtemps et que je vais de ce pas poser à tous les auteurs. Comment choisissez-vous les noms de vos personnages ? :?

_________________
Je ne sais jamais si je vais aller jusqu'au bout d'un livre, mais j'y plonge à chaque fois sans a priori, seulement guidé par la nécessité de rêver.
JL Bizien
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 30/07/2008 14:03 
Hors-ligne
Auteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09/06/2007 02:23
Message(s) : 1697
Bonjour Patounet. :cool: Bonne question car elle est d’importance. En ce qui me concerne surtout.

Le choix d’un nom, d’un prénom pour mes héros n’a rien d’anodin. J’y pense à loisirs, un peu comme on choisit avec soin le nom d’un enfant que l’on attend. Mes personnages sont un peu mes enfants…
J’aime prendre le temps d’y réfléchir, et s’il me déplaît au cours de mon écriture, s’il ne colle pas avec mon personnage, ou ressemble trop à un autre cité dans le texte, je change.
Mais je n’aime pas faire ça, j’ai l’impression d’être en compagnie d’un autre personnage


Les prénoms ont-ils une influence sur le caractère ? :?
Il paraît !...C’est du moins l’idée que s’en fera le lecteur. Alors autant coller un caractère d’emblée. En principe, je ne choisis pas des prénoms de gens qui me sont très proches, famille ou amis Surtout si le personnage est antipathique, moche, vicieux, ou un terrible assassin
.J’imagine la réaction vexée » :schock: tiens, c’est un « fion » pour moi ? Mince alors ! »
j’y pense parfois quand je rencontre le mien ( rarement) dans le roman d’un copain de plume, et aussitôt je me précipite pour savoir quelle femme est cette héroïne .

En revanche, quand je veux faire un clin d’œil à un ou une amie, hop !... il apparaît dans le texte, et il s’agira toujours de quelqu’un de sympathique, bien sûr !

Dans le cas précis « des génies décapités » c’est bien en connaissance de cause que j’ai baptisée Cléa mon héroïne. Si je ne l’avais pas fait c’était un coup a me faire renier….à vie !

Les noms de familles Pour moi, c’est assez simple. Ecrivant dans une ambiance rurale, en France, j’aime les noms de familles qui prennent racine. Desmoulins, Deschamps, Forest…des noms de métier me vont très bien.

En revanche, je vérifie si les noms de familles choisis n'existent pas dans l'annuaire téléphonique... de la région où se déroule l'action, et dans ce cas, je supprime. Pas envie d'avoir un procès sur le dos pour " diffamation" ou "porte atteinte à l"honneur"...ou "l'intégrité"...vous savez, cegenre de procès qui fiche tout le monde sur la paille!...( a la campagne, ce serait un comble! :mrgreen: :mrgreen:

Si mes héros sont citadins, je choisis des noms plus anonymes.

Pour des personnages étrangers, des prénoms et noms à consonances étrangère, plus facile à situer comme dans « le quartanier » Manuel Gardès, pour un homme de famille gitane, José Garcia dit Pablo l’ouvrier Espagnol dans « La dernière cuvée de Marianne » Joseph Raynard, pour le journaliste curieux et rusé dans « La pierre du diable"
Vous trouverez aussi un jour Yasmina Yilmaz, une jeune fille Turque, et Mehmet….
Mais j’attache surtout de l’importance aux prénoms.
Anciens et démodés pour les personnages qui évoluent dans un passé proche, j’adore : Paulin, Grégoire, Marcelin, Claudius, Blaise,,Adrienne...et même " La Marthe".. :grin: … et tous les classiques, Jean, Pierre, jacques. Rarement les prénoms à la mode, ou parce que je veux situer l’époque contemporaine.

Parfois, quand je ne connais pas mes personnages et je ne peux pas les imaginer tout de suite, comme dans « l’étang de la mariée », j’invente : Ludine, je trouvais ça joli, comme une clochette pour une petite fille gaie et sautillante. Quant à Mareska, c’était bien entendu pour rappeler son origine Russe.

Et pour une enfant disparue dont vous connaîtrez peut-être un jour l’histoire, un prénom qui n’existe pas mais que l’on emploi souvent en rapport avec le cœur : « Douce », pour tout ce qu’il évoque d’amour et de tendresse.

Les prénoms de mes personnages sont a eux seuls déjà une histoire. Je ne les néglige jamais.


Allez!...Une question super facile!...' à me répondre sur Quoi de neuf aujourd'hui, histoire de laisser le champ libre :mrgreen: :mrgreen: )

Savez-vous pourquoi et comment mon adjudant a été baptisé Di Nazzo ?
Merci patounet :bisou: J'ai eu plaisir à me remémorer tous ces personnages....

J'espère amis lecteurs que vous les retrouverez avec autant de plaisir....

_________________
Quand l'homme aura fini de saccager le monde,
il lui restera le chat, qui s'est toujours fait à ses défauts.
(Catherine Rihoit)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 05/08/2008 06:08 
Hors-ligne
Libraire

Inscription : 30/07/2007 16:41
Message(s) : 3777
Localisation : Saint Etienne
Citer :
J'ai lu avec certainement d'autres yeux que les vôtres, d'une part parce que je connais bien l'auteure et d'autre part, parce qu'en temps qu'écrivain( je préfère dire romancière) je m'attache au poids des mots, aux messages qu'ils transportent, aux images qu'ils créent de nos yeux jusqu'à notre esprit. Et ce n'est plus une simple écriture de roman, c'est un dialogue entre elle et nous si nous savons l'entendre


j'espère que tu ne lis pas toujours qu'avec ton oeil d'écrivain car c'est sans doute se privé de l'oeil du lecteur vierge du reflexe de réécriture ...et également que tu te réserves des lectures objectives qui t'évitent de chercher la part autobiographique de l'auteur et ses sentiments cachés ...

Alors ça fait une question aux écrivains ça !

Pensez -vous que le fait d'être écrivain gâche ou seulement modifie vos lectures ? et depuis que vous écrivez lisez-vous moins ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 06/08/2008 04:51 
Hors-ligne
Auteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09/06/2007 02:23
Message(s) : 1697
Didili, :cool: j’aime beaucoup ta question et elle est loin d’être aussi simple qu’elle le paraît.. Elle appelle plusieurs réponses parce qu’en fait tu poses plusieurs questions..

Si je lis toujours avec mon œil d’écrivain et par conséquence
Si je me prive d’une lecture simplement agréable par « déformation professionnelle »
Si je m’en consacre quelques-unes, juste pour le plaisir
Si je tente de deviner « l’auteur » derrière ses mots, son écriture.
Si ma façon de lire déforme ma façon d’appréhender un texte et
si je lis encore beaucoup depuis que j’écris !

Dans ce cas précis, tu fais référence à l’appréciation portée sur la lecture du dernier roman d’Andréa H Japp » La croix de perdition ». Roman pour lequel j’ai préféré parler de l’écriture plutôt que de l’histoire elle-même.

Je ne vais pas répondre dans l’ordre, mais je tâcherai de ne rien oublier.

Du temps pour lire
Depuis que je suis entrée en écriture( un peu comme les nonnes dans les ordres :smile: ) j’ai renoncé par manque de temps à lire autant qu’avant. Et je lisais énormément
N’ayant pas fait de longues études je me suis beaucoup nourrie de l’écriture des autres, des écrivains classiques surtout, ce sont ceux que l’on trouvait à mon époque..
J’avais comme tu le dis, l’œil vierge et je me délectais de tout ce que je lisais, écrivains Français et plus tard, Anglo-Saxons et Américains. Des romans essentiellement. J’y pense souvent quand je vois a quelle allure vous dévorez nos romans. Rien ne comptait que la lecture, matin, midi, soir, nuit, en tous lieux à tous moments, j’en oubliais souvent le reste.
Mais à part mon petit roman policier commencé a 12 ans , je ne pensais pas un jour aborder le polar. Ni en lecture, ni en écriture
Et puis un jour le démon de l’écriture m’a saisie pour de vrai. Je ne me contentais plus de petites nouvelles, de poèmes, ou d’écriture de souvenirs autobiographiques. Je voulais écrire un vrai roman.. .
Ecrire un roman demande beaucoup de temps, surtout aux débuts. Je me suis donc attachée à écrire chaque jour, six heures, sept heures, davantage parfois pour donner une forme à mon texte. Les débuts sont rarement glorieux, mais la volonté est là ; celle d’écrire et surtout celle de partager. Donc, de parfaire au maximum son travail. Plus le temps de lire….
J’avais mes propres histoires en tête, elles me passionnaient, il fallait que je les expulse et que je les couche sur mes feuilles quadrillées, car au début j’écrivais à la main…imagine, c’est long, et je ne pouvais pas toujours me relire tant j’écrivais mal. Tant de temps perdu à réécrire, reprendre corriger, taper à la machine, et encore relire et reprendre. Une galère.
Plus du tout du temps pour lire, j’avais l’impression de perdre un temps précieux. Heureusement un jour je me suis mise à l’informatique, et ma vie d’écrivain a changé !

J’ai lu de moins en moins et cela ne m’a pas manqué tant j’étais prisonnière de mon écriture.

Est arrivé le merveilleux moment de la première édition et du regard des autres sur mon travail, les compliments, les critiques. J’ai recommencé à lire beaucoup, pour progresser, comparer, mais jamais copier. Beaucoup de romans très divers mais pas de polars. J’avais lu avec délices des Agatha Christie sans penser qu’un jour je me lancerai dans les enquêtes…curieux n’est-ce pas ? J’ai navigué d’Hercule Poirot à Béru , cher au cœur du commissaire San Antonio sans avoir envie de « les imiter ». Mais ce sont les intrigues Anglo- saxonnes qui me captivaient le plus ; peut-être ce côté campagne que l’on retrouve dans mes romans .

Aujourd’hui Je ne lis pratiquement jamais les grands polars dont la Pub nous rebat les oreilles, Français ou Etrangers je les trouve trop violents, trop ensanglantés, trop tripes à l’air et les intrigues me semblent trop compliquées…cela n’engage que moi, bien sûr. Bref, je ne me délasse pas avec.

Quant à ceux de quelques-uns de mes compagnons de plumes contemporains, il est rare que j’en lise. Je m’en étais expliquée dans mon interview. Je n’aimerai pas y trouver des idées similaires, avoir l’impression de m’en inspirer. J’aime écrire ce qui sort de mes pensées parce que j’ai pris le temps d’imaginer le déroulement d’un crime ou d’une enquête ou tout simplement l’histoire d’un roman.

Et quand j’en lis, car cela m’arrive tout de même, malgré moi je me mets à la place de l’auteur. J’essaie de deviner où il va aller, je subodore les événements qui vont se produire, j’observe de quelle façon il manipule ses personnages, et ce que moi j’aurais écrit. Même si en aucun cas je ne l’aurais pas écrit aussi bien qu’eux pour ceux que j’apprécie

Ce n’est pas pour critiquer, c’est instinctif.

Et oui, tu as raison, lire des polars me gâche certainement le plaisir d’une lecture « uniquement pour le plaisir ». car J’établis des comparaisons, j’aime ou je n’aime pas du tout. Mais à chacun son style Donc mon œil vierge se régalera d’autres romans.

Lire un auteur pour chercher à le deviner ?

Pas tous. Je ne cherche pas à deviner ceux que je ne rencontrerai jamais. Je me contente de les lire et d’en retirer du plaisir s’ils m’ont plu.

Mais oui, uniquement ceux que je côtoie, ceux que j’aime ou ceux que je veux approcher de plus près, parce que quelque chose m’a attirée dans leur personnalité. Parce que nous mettons toujours un peu de nous dans nos romans. Notre sensibilité resurgit, joies ou chagrins, ou notre hargne, ou notre dureté, nous habillons toujours un personnage de notre peau, de nos sentiments, de nos rejets, de notre haine et nous le chargeons parfois de faire passer certains messages.

Chercher à savoir pourquoi l’auteur a pris tant de peine à l’exprimer me plaît beaucoup ; même si je me trompe une fois sur deux :x
( bon, une fois sur deux je devine, je flaire, je me persuade, je retrouve! :cool: )

Mais surtout ce que j’aime, c’est pénétrer dans la sensibilité de l’auteur que je connais et que j’apprécie pour diverses raisons. Je prends le temps de savourer sa façon d’écrire et de décrire l’âme humaine parce que j’en connais l’extrême difficulté, et avec Andréa H Japp je suis comblée.. Là, effectivement, je lis pour me faire plaisir, pour vivre un roman que je n'écrirai jamais, pour apprendre aussi, pour comparer, non dans le sens des valeurs mais parce que parfois je retrouve des petits points communs, des similitudes qui rapprochent un auteur de l’autre même s’ils sont très différents. C’est là où je pense « mieux apprécier » qu’un lecteur . La lecture des autres auteurs apporte forcément beaucoup, en tout cas à moi, c'est un enrichissement, mais c'est vrai que je préfère les genres différents du mien.!

Je lis aussi beaucoup d'autres choses que des romans. J'adore les magazines de psychologie qui apportent beaucoup dans l'étude du caractère des personnages, recherche et conservation de ( piles )de documentations sur les sujets dont je veux parler, que celà aille d'une région ou un pays qui sera au coeur de mon roman, aux magazines qui informent des progrès effectués dans le domaine de la police scientifique qui est en perpétuelle évolution.

Lire les autres et comparer c'est naturel. Demande à un ébéniste ou à un sculpteur si quand il admire l’œuvre d’un confrère, une belle pièce de bois sculptée par exemple, s il ne la regarde pas avec son œil de créateur et de professionnel, s’il se contentera de dire « hou, que c’est beau : » ou s’il n’appréciera pas davantage le travail qu’un néophyte, et qu’il n’établira pas automatiquement des critiques ( dans le sens non péjoratif) ou des comparaisons

Je crois en effet que mon écriture m’empêche désormais de lire tout roman policier avec un œil vierge même si je l'apprécie. Mais pas pour les autres.

:non: Alors, moi je vais te, et vous poser une question d’auteur aux lecteurs

(J'ai crée dans ce topic un endroit pour répondre aux questions que j'ai bien l'intention de vous poser. Les modos dépalceront s'il le faut)
(
Et vous ? Depuis que vous avez eu l’occasion d’approcher des auteurs dans les salons, et de les connaître de plus près pour certains, d’avoir échangé avec eux en confidences ou simplement en amitié....

Comment lisez-vous leurs romans désormais ?

D’un œil vierge, ou cherchez vous dans leurs lignes à retrouver leur caractère, leur sensibilité. Ne le lisez-vous que pour le plaisir de la lecture, de vivre un suspens, vous effrayer au besoin sans vous laisser envahir par des questions du genre « pourquoi a-t il ou elle écrit çà ?. » en cherchant a rapprocher l’événement du roman d’un fait réel qu’il aurait pu vivre.

Cela fait-il une différence avec le roman d’un parfait inconnu ?

Merci Didili :bisou: Je suis certaine que tes questions et mes réponses vont en interpeller plus d'un! :smile: :smile: :smile:

_________________
Quand l'homme aura fini de saccager le monde,
il lui restera le chat, qui s'est toujours fait à ses défauts.
(Catherine Rihoit)


Dernière édition par Nicole le 11/08/2008 14:05, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 06/08/2008 06:49 
Hors-ligne
Libraire

Inscription : 30/07/2007 16:41
Message(s) : 3777
Localisation : Saint Etienne
Merci Nicole de cette réponse qui comme toujours avec toi est source de lecture et de réflexions :allah:

je m'en vais réfléchir à la question que tu as retournée aux lecteurs :oops: et j'y répondrais dès que possible au bon endroit :wink: :mrgreen:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 13/08/2008 05:20 
Hors-ligne
Auteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09/06/2007 02:23
Message(s) : 1697
:? :? Je relis mes réponses...
et je me demande, du moins j'espère, s'il n'y aura pas confusion dans ma réponse à la question de Didili:

Pensez -vous que le fait d'être écrivain gâche ou seulement modifie vos lectures ?

Si j'ai répondu que mon plaisir de la lecture " était quelque peu gâché",( alors peut-être que le mot est trop fort!) c'était bien entendu pour certains romans policiers classiques, un genre que je pratique ...

car il est bien entendu que le plaisir de lire d'autres romans ne l'est pas, puisqu'au contraire ils me donnent l'occasion d'apprécier une écriture dans un genre très différent qui m'emmène dans des domaines inconnus

et que le fait d'écrire moi-même modifie certainement ma façon de lire les autres, mais pas forcément dans le mauvais sens, car ce peut-être très exaltant. Connaissant la difficulté d'écrire et d'emmener le lecteur là où je voudrais, c'est pour cette raison que je pense avoir une lecture "différente" et être capable de pouvoir largement l'apprécier

Et c'est vrai aussi que j'ai moins de temps à accorder à la lecture "plaisir" car ma vie en tant que femme, avec toutes les obligations que celà comporte, est pleine de beaucoup d'autres choses qui demandent du temps, que ce soit pour l'écriture d'un roman projeté ou commencé, de la doc à réunir jusqu'au au mot "Fin" (que l'on n'écrit jamais d'ailleurs :grin: ), ou que ce soit dans le domaine familial que je ne veux pas saccager malgré l'immense plaisir que j'ai d'écrire.

Les heures ne sont pas élastiques....d'où la difficulté de faire mille choses en même temps même si on le voulait. mais çà, il n'est nul besoin d'être ecrivain pour le savoir
:grin: :grin: :grin:

_________________
Quand l'homme aura fini de saccager le monde,
il lui restera le chat, qui s'est toujours fait à ses défauts.
(Catherine Rihoit)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22/09/2008 14:52 
Hors-ligne
Bibliothéquaire

Inscription : 20/11/2007 13:57
Message(s) : 1988
Nicole, j'ai une question de béotienne (et que je pourrais poser a d'autres auteurs).
Tu as un livre qui sort en ce moment, quels sont les "retours" immédiat?
Je m'explique: quand un film sort on annonce les entrées premier jour et comme ca on sait si ca "marche" ou pas.
Pour un livre evidemment ca ne se "calcule" pas de la meme facon et l'effet n'est certainement pas immédiat.
comment un auteur peut il juger du succes de son livre?
Le nombre de vente? (pas evident les premieres semaines sauf si on est un "bllockbuster")
le nombre de signatures?
les invitations a des salons?
le nombres de chroniques dans les journaux, forums etc?
comment ca marche (désolée si ma question est tres terre a terre :oops: )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 24/09/2008 18:27 
Hors-ligne
Auteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09/06/2007 02:23
Message(s) : 1697
Bonjour Phooka :cool:

:coeur: Ha! La sortie d'un nouveau roman! Grand moment pour un écrivain.!
Quand on le voit tout beau, tout neuf entre nos mains, on se dit que tout le travail effectué pour en arriver à ce moment n'est absolument pas terminé. Car maintenant commence l'attente...Va t il se vendre? Va t il plaire aux lecteurs? Ai-je bien su écrire tout ce qu'il fallait pour les convaincre
C'est presque se remettre en question.

Alors tes questions tombent à pic! Car "La dernière cuvée de Marianne" va se noyer dans une marée de livres en cette rentrée littéraire et bien sûr, je me demande si elle va s'en sortir sans boire la tasse.
Mais j'ai confiance.

Je réponds à ta première question:

Quand un film sort on annonce les entrées dès le premier jour et comme ça on sait si ça "marche" ou pas.

:schock: Tu imagines le coût de la Pub !...non, pas pour moi en tout cas, mais assurément pour les écrivains connus. Là on sait pratiquement tout de suite le nombre de romans qui seront vendus dès le premier mois.

Pour mes romans c’est souvent la pub après la sortie !


Quels sont les "retours" immédiats?

Fin août "La dernière cuvée de Marianne » est allée prendre place sur les étals des libraires qui l’avaient retenu après présentation des diffuseurs( gros travail en amont…) qui eux seuls souvent « décident » que ce roman plaira à un grand nombre de lecteurs du genre.
je précise:
C'est-à-dire que mon roman n’est pas allé garnir tous les étals de toutes les librairies et grandes surfaces de vente en France comme les romans d’auteurs célèbres ou de Best Sellers qu’on attend.

Mais, vu le nombre déjà livré dans les librairies je me dis que « ce devrait être bien » car les commandes se sont effectuées en fonction de ces critères.

Le nombre de vente?

Dès la signature du contrat je sais combien de romans seront imprimés, selon l’importance de la maison cela varie entre 2 000 et 3 000 pour un premier tirage, j’ignore combien se vendront rapidement, et si il fera l’objet d’un nouveau tirage, et dans combien de temps.

Ce que j’appellerai le « retour immédiat » sera la satisfaction du nombre de romans que je dédicacerai dans les salons et journées de signatures auxquels j’assisterai.

Mon éditeur ou éditrice peut aussi me donner une idée des ventes mais c’est assez difficile car on ne connaît pas le nombre de retours des librairies( les romans d’auteurs comme moi ne restent pas plus de trois mois sur les étagères !) ni ceux qui font partie des « Offices »..là je ne veux pas vous en parler parce que ça me contrarie vraiment !

Sauf succès fulgurant, il nous faut au moins une année pour connaître le chiffre des ventes. Très, très frustrant !


Comment un auteur peut il juger du succès de son livre
Au nombre de vente? Au nombre de signatures?


A la queue de lecteurs qui patienteront régulièrement devant sa table pour le lui faire dédicacer,...
Aux articles que ce roman suscitera dans les journaux, dans des émissions littéraires à la télévision. Mais là encore faut-il que les journalistes l’aient eu en leur possession et qu’ils aient envie de le lire et d’en parler.
Tous les romans ne sont pas envoyés systématiquement à des critiques, et les journalistes ne peuvent pas absorber tous les romans reçus, et nombreux sont ceux qui ne les lisent pas et font un article de base( juste d’après la quatrième de couv’)…ce qui n’est déjà pas si mal. Car pour acheter un roman, encore faut-il en entendre parler, sauf bien sûr pour les lecteurs fidèles qui ont déjà eu l’occasion de lire l’auteur et n'attendent aucun avis pour acheter le nouveau.
. J’ai cette petite chance même si cela ne représente pas quelque chose de faramineux par rapport à beaucoup d’autres écrivains.

Mais à tout prendre, mieux vaut rien, qu’un article fait par un journaliste qui n’a rien compris à votre roman et se délecte à vous démolir.

Trouver un bon journaliste qui lise le roman et en fasse un bon article….c’est déjà la première chose incontournable pour se faire connaître et se faire apprécier malgré son « anonymat ».
.
Les invitations à des salons? Comment ça marche

Pas facile !

Déjà les signatures en librairies ou grandes surfaces :
La plupart de ces lieux sont l’objet de mes recherches personnelles et quelques-unes des maisons d’édition, et pas toujours comme je le voudrais ni où je le voudrais. Mais j’en ai, c’est l’essentiel…

Les salons.
Très importants !

Les organisateurs de salons choisissent les auteurs en fonction de leur maison d’édition, de leur succès, du thème de leur salon. Et en principe, seuls les auteurs d’un roman sorti dans l’année seront invités.

Les éditeurs doivent financer une partie des frais de présence des auteurs, ce qui réduit considérablement la liste des auteurs sur les salons, sauf pour les « grandes maisons » qui ont un plus gros budget
.
Ensuite il y a le «contact personnel » de l’auteur avec les organisateurs…les invitations peuvent se faire par ce biais

On propose même à des auteurs désireux d’être présents à tout prix sur un salon de prendre tous les frais à leur charge. Ça, je le refuserai absolument !

Le nombres de chroniques dans les journaux, forums etc?

Tout dépendra de la renommée de l’écrivain. Les auteurs célèbres croulent sous les interviews, articles, chroniques et sont les invités vedettes des forums et émissions télévisées, littéraires ou pas.…
J’ai la chance de connaître quelques journalistes et critiques ( très peu !) qui me font régulièrement un bon papier. J’essaie de me faire connaître des télévisions régionales ( pas facile) et bien sûr…

....j'ai le bonheur d’avoir trouvé en le Forum Plume Libre La passion des Mots un accueil chaleureux pour mes romans.
Par le biais de Plume libre et des chroniques qui sont régulièrement faites , un public nouveau me découvre et sera peut-être tenté de me lire. Aussi, je suis très reconnaissante à toute l’équipe de ce forum qui œuvre au service des écrivains car à chaque fois ils m’offrent une chance supplémentaire de me faire connaître.
Et ce qui est le plus formidable, c'est que ce forum ne se contente pas de mettre en lumière les auteurs très connus et de leur faire une excellente publicité, mais il donne la même chance à beaucoup d'autres

Voilà Phooka et merci de ton intérêt :bisou: ...ai-je bien éclairé ta lanterne? :grin:

_________________
Quand l'homme aura fini de saccager le monde,
il lui restera le chat, qui s'est toujours fait à ses défauts.
(Catherine Rihoit)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 43 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3

Le fuseau horaire est UTC-1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB