Nous sommes actuellement le 12/08/2020 14:06

Le fuseau horaire est UTC-1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 26/06/2014 13:36 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09/11/2007 09:00
Message(s) : 9218
Localisation : Normandie
Image

Madrid, 1942. Antonio, un malfrat madrilène, voleur à la tire et détrousseur de riches provinciaux, endosse le meurtre commis par sa complice et bien-aimée Carmen. Pour échapper à la police, il s'engage dans la Division Azul. Envoyé sur le front soviétique, il est fait prisonnier par l'Armée rouge, où il usurpera l'identité d'un homme qui lui ressemble comme un frère jumeau, Gabriel Mendoza. Libéré en 1954, c'est sous ce nom qu'il rentrera en Espagne et, après avoir hérité de la fortune de la famille Mendoza, il sombrera dans le crime afin d'éliminer les traces de son passé.
Ce résumé succinct ne saurait rendre compte de la puissance de ce roman qui fait appel au meilleur de Dickens et de Dostoïevski et dont la langue, d'une stupéfiante richesse, peint des personnages aspirant au bien et à l'amour, mais prisonniers de forces qui les dépassent et incapables de se soustraire à la mécanique de leur destin. Après Les Masques du héros, La Tempête, Le Septième Voile, Juan Manuel de Prada poursuit dans Une imposture une oeuvre remarquable sur la faiblesse et l'inconsistance humaines qui vouent les êtres au mal et à la trahison.

_________________
"on est tous l'étranger de quelqu'un" Marc Lévy
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26/06/2014 13:37 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09/11/2007 09:00
Message(s) : 9218
Localisation : Normandie
Antonio et sa complice Carmen vivent de menus larcins. Jusqu'au jour où un drame se produit. Carmen tue un homme et Antonio décide de la couvrir. Il n'imagine pas quelles seront les conséquences de cet acte.

Envoyé en Russie pour combattre, il va y être fait prisonnier. Il reviendra en Espagne sous le coup d'une autre identité et devra vivre la vie de l'usurpé.

Même si la plume de l'auteur est très agréable et nous fait voyager, je n'ai eu aucune empathie pour le personnage d'Antonio qui est un être détestable au possible.

Le fait « d'endosser la paternité » d'un meurtre pour les beaux yeux de Carmen peut être très chevaleresque, le reste de sa vie est jonchée de mensonges, de malhonnêté et de tricherie.

A-t-il seulement éprouvé quelques remords ? Je ne suis pas certaine. En tout cas, il était entouré de personnages qui, eux, valaient clairement le détour et je pense particulièrement à Cifuentes qui aurait du se casser une jambe le jour où il a croisé la route d'Antonio.

Je pense que je lirais d'autres romans de l'auteur car son style m'a plu.

_________________
"on est tous l'étranger de quelqu'un" Marc Lévy
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC-1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB