Nous sommes actuellement le 05/12/2019 22:24

Le fuseau horaire est UTC-1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Gabriel Trujillo Muñoz
Message Publié : 15/05/2009 07:59 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03/07/2006 06:35
Message(s) : 7226
Localisation : Lille
Gabriel Trujillo Muñoz

AUTEUR
Né en 1958 à Mexicali, en Basse-Californie, Gabriel Trujillo Muñoz est à la fois poète, romancier, essayiste, journaliste et critique littéraire. Son œuvre, particulièrement emblématique de la littérature mexicaine frontalière, lui a valu de nombreux prix. Chirurgien, il a pratiqué la médecine comme un hobby, déclarant que sa véritable profession était l’écriture. Ses polars ont déjà été traduits dans plusieurs pays européens, tels que l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne. Aujourd’hui, il est professeur et enseigne à l’Université autonome de Basse-Californie, à Mexicali.


Ses Romans :

LOVERBOY :
Image
Citer :
Un médecin de Mexicali, le docteur Fidel Chacón, est tué alors qu’il enquêtait sur des enlèvements d’enfants survenus récemment dans cette ville-frontière de Basse-Californie. On l’a abattu alors qu’il filmait le repaire des kidnappeurs : la bande vidéo, miraculeusement retrouvée intacte, devient une précieuse source d’information. L’avocat part à Mexicali, sa ville natale, pour tirer au clair cette affaire. Les enlèvements d’enfants font partie d’un horrible trafic entre le Mexique et les États-Unis, des chirurgiens américains venant prélever clandestinement les organes pour les greffer à des enfants malades au nord de la frontière, dont les parents ont « commandé » l’opération au prix fort. La mystérieuse Molly qui organise ce trafic est associé à un jeune psychopathe, un tueur en série, Loverboy, qui est aussi son amant.


EXTRAIT
Un arbre flou. Un chemin en pente. Une clôture blanche. Une camionnette zigzaguant dans un nuage de poussière. Un soleil aux derniers rayons aveuglants. Une carcasse de voiture parmi les ombres. Un malheureux pin follement secoué. Le tableau de bord d'une voiture avec ses petites lumières vertes et rouges. Une hauteur pelée. Un chaos de pierres. Un véhicule rouge ou grenat que l'on entrevoit à peine. Une tache verte. Des lumières blanches, au loin. Peut-être celles d'une agglomération. Une étendue de terre poudreuse. Et la nuit qui vient. Deux ou trois coups de klaxon. Un grincement de freins. La caméra cogne contre le rétroviseur. De nouveau, des images floues. Celui qui essaie de filmer ce qu'il voit réussit pour la première fois – qui sait comment – à commenter les images pour ceux qui les verront peut-être. La voix est celle d'une ombre piquée à l'adrénaline.




MEXICALI CITY BLUES :
Image
Citer :
Un pilote d’hélicoptère américain, Jesús Bull Aguirre, disparaît avec son appareil et ses deux passagers au-dessus du désert de la Basse-Californie. Sa femme mexicaine, Cecilia Montaño, amie de jeunesse de Morgado, demande à l’avocat d’enquêter sur cette affaire. Jesús Bull avait été engagé par un groupe écologiste, le Parti naturaliste mexicain, pour faire un recensement des cactus de la région. Morgado découvre vite que ce PNM n’existe pas, et que tout cela cache une affaire de trafic de drogue, dans laquelle la police est impliquée. Mais que s’est-il passé, qui a trompé qui, qui est mort, et comment ? Morgado a vite l’impression qu’il s’agit d’une mise en scène, mais l’identité des manipulateurs ne cesse d’être remise en cause.

EXTRAIT
L'hélicoptère était secoué. Des nuages gris et des rafales de vent le faisaient monter et descendre, comme s'il luttait contre des dieux invisibles. Morgado tenait le manche, les muscles tendus, les sens en alerte. Il cherchait un passage dégagé par où échapper à ces turbulences. Sur le siège du copilote était assise Cécilia, qui regardait les éclairs et la pluie qui tombait sans discontinuer sur l'appareil comme si tout cela n'avait rien à voir avec elle. Morgado était accablé. L'aiguille du carburant était passée au-dessous du cran EMPTY. D'un moment à l'autre, ils allaient tomber comme une pierre et leur vol prendrait fin. Un instant, l'un des nuages se déchira et dévoila un morceau de ciel clair. Morgado fit tourner l'hélico et s'engagea dans cette issue. Au même moment, quelqu'un plaqua le canon d'un pistolet sur sa tête. L'avocat entendit la voix de Cuenca tout près de son oreille : "Vous êtes arrivés au bout de la route, maître." Alors, un éclair frappa l'hélicoptère et tout fut livré au sort. Morgado sentit le goût de son sang sur ses lèvres.



TIJUANA CITY BLUES :
Image :arrow: Lire la chronique sur Plume Libre
Citer :
L’avocat Miguel Ángel Morgado, établi à Mexico, se voit demander par un charpentier, Alfonso Keller Padilla dit Blondie, de résoudre le mystère de la disparition de son père, Timothy Keller, à Tijuana en décembre 1951. Tim, étudiant américain et sympathisant de gauche, s’était réfugié à Mexico pour échapper à la guerre de Corée et fréquentait un milieu d’expatriés, où venaient d’arriver le romancier William S. Burroughs et sa femme. Pour Alfonso, son père s’est laissé entraîner par naïveté en acceptant de convoyer jusqu’à Tijuana, à la demande de Burroughs, un paquet destiné à une connaissance américaine, Alan Brod. À la suite d’une fusillade dans un bar de Tijuana, Tim a disparu. Bref, une livraison d’héroïne qui a mal tourné. Par amitié pour Alfonso, et par curiosité, Morgado va à Tijuana et commence à creuser : à mesure qu’il cherche, les choses se compliquent, quant à savoir qui a trahi qui.

EXTRAIT
Depuis le décollage, à Mexico, Morgado révisait le dossier de l'affaire. Les biographes de Burroughs ne donnaient pas de l'écrivain une image semblable à celle que s'en faisait Blondie. Ils le considéraient comme un père de l'avant-garde artistique de son pays, qui avait brisé toutes les règles sans y laisser la peau. Successful était le mot le plus souvent employé pour qualifier son oeuvre. On voyait en lui un Jim Morrison octogénaire qui criait encore : I want the world and I want it now Mais le croulant n'était pas un idéaliste Peace and love. Les romans que Morgado avait lus révélaient une fascination de la violence, du sexe dominateur et des armes à feu. Comme de nombreux Étatsuniens, c'était un prédicateur en puissance, un hypnotiseur en quête de victimes consentantes. De victimes telles que Joan, son épouse. Telles que Timothy.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15/05/2009 08:00 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03/07/2006 06:35
Message(s) : 7226
Localisation : Lille
Je viens de voir les romans de cet auteur y a t-il quelqu'un qui connait ses écrits?

Cela me tente bien


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15/05/2009 08:19 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25/09/2006 13:16
Message(s) : 13692
Connais pas mais c'est vrai que c'est tentant, notamment "Loverboy" ! :grin:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 21/05/2009 12:25 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03/07/2006 06:35
Message(s) : 7226
Localisation : Lille
Je viens de terminer Tijuana City Blues. Un roman court moins de 100 pages c'est la grande mode au Québec actuellement des petit format tenant dans une poche.
Ce premier roman qui inaugure la nouvelle collection 3/4 polar des Editions Allusifs est dépaysant, nous plonge dans le Mexique d'hier et d'aujourd'hui avec ses dérives : disparition, drogue, règlement de compte, corruption...
avec un regard et une réflexion sur le sujet.
L'histoire est soutenu par des personnages haut en couleur dommage toute fois que ce roman ne soit pas plus long pour les explorés encore plus.
Une belle surprise que ce roman/nouvelle qui est plus un polar d'ambiance.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 24/05/2009 06:31 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25/09/2006 13:16
Message(s) : 13692
Ah oui je les ai vus hier et effectivement ils sont vraiment très courts... Ca fait bizarre d'ailleurs comme format, on n'a pas l'habitude.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 24/05/2009 09:39 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03/07/2006 06:35
Message(s) : 7226
Localisation : Lille
Je trouve ce type de roman court très sympa.
Rapide à lire et pratique
la seule chose peut être à revoir est le prix , car 12 euros c'est un peu cher pour le nombre de pages même si c'est un roman de qualité


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 12/06/2011 08:30 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09/11/2007 09:00
Message(s) : 9024
Localisation : Normandie
J'ai lu Loverboy la semaine dernière.

Pendant votre lecture, vous serez plongé au cœur de l’action sans le moindre instant de répit. On attaque tout de suite dans le vif du sujet. L’avocat Miguel Morgado va être engagé pour découvrir ce qui s’est passé sur cette vidéo et sur ce qu’elle cache.

Epaulée par l’assistante du monsieur qui s’est fait occir, il se lance donc dans cette affaire sordide. Son enquete va le mener sur la piste d’un trafic d’organes mené par un couple qui ferait passer Hannibal Lecter pour un gentil cuistot.

Le rythme ne faiblit à aucun moment, pas de répit. L’auteur va à l’essentiel : il utilise peu de mots mais ce peu nous grave des images insoutenables dans la tête.

_________________
"on est tous l'étranger de quelqu'un" Marc Lévy
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC-1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB