Nous sommes actuellement le 12/12/2019 11:26

Le fuseau horaire est UTC-1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 05/04/2010 16:37 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
Un petit préambule avant de commencer: avant toute chose, j'ai remarqué qu'une série d'importance n'avait jamais été traitée ici, celle de l'inspecteur Banks par Peter Robinson. J'ai décidé de m'y coller en lisant au fur et à mesure tous les romans de cette série portée aux nues par les plus grands dont Ian Rankin et Stephen King. D'autres séries mériteraient d'ailleurs d'etre traitée pareillement, le 87ème District d'Ed Mc Bain en premier lieu mais je suis certain qu'en cherchant sur le net une personne doit lui avoir consacré cet honneur, alors qu'à ma connaissance ce n'est pas le cas pour Robinson.
Donc me voilà parti pour un voyage au long cours (plus de quinze romans à ce jour...)

1. Le voyeur du Yorkshire (Gallows view) -livre de poche-
Image

Un voyeur qui espionne les femmes la nuit dans leur chambre. Une vieille dame retrouvée assassinée. Deux adolescents petits délinquants passant du vol aux agressions. Y a t'-il un point commun à tout cela? Banks qui vient d'etre muté de Londres à Eastvale va devoir le trouver...
Ecrite en 1987, soit il y a 23 ans, cette première enquete de Banks nous ramène au temps (béni?) où le téléphone portable n'était qu'une idée dans l'air, où internet n'existait pas et où les baladeurs A CASSETTES étaient encore à la mode!
Ceci étant, elle n'a été traduite dans notre beau pays qu'en 2007, la France ayant préféré commencer la série avec le 10ème volume!
On démarre cependant assez vite, sans les présentations d'usage, découvrant les protagonistes au fur et à mesure: Banks tout d'abord un inspecteur rablé, pas toujours de bonne humeur mais reconnaissant ses faiblesses, fumant la pipe, marié à Sandra et ayant deux enfants au seuil de l'adolescence Brian et Tracy, ses collègues Hatchley et Richmond, et son supérieur , le philanthropique Gristhorpe. Une fois tout ceci mis en place, on comprend vite que l'on va aimer cette série car Robinson sait nous faire apprécier ses personnages en ne nous cachant rien de leurs défauts ce qui les rend d'autant plus humains. Expert dans l'art du dialogue, on ne s'ennuie pas, meme s'il faut reconnaitre que cette première enquete tient sur un fil psychologique assez limite: la protection d'un père envers son fils poussé à l'extreme.
Cependant on sent déjà que tout est présent pour qu'une grande série de police-procédural naisse...

3/5

2. Le Rocher aux Corbeaux (a dedicated man) -livre de poche-
Image

Cette seconde enquete est une vraie réussite jusque dans sa conclusion et son final percutant.
Harry Steadman, professeur d'université respecté a été assassiné. Apprécié de tous, on lui a pourtant fracassé le crane. Dans un petit bourg comme Swainsdale où il ne se passe jamais rien, Banks va vite etre amené à démeler le faux du vrai tant les ragots peuvent vite embrouiller le meilleur des limiers...
C'est un fait, en lisant ce roman plein d'une atmosphère prenante, je n'ai pu m'empecher de faire le rapprochement d'avec une autre -très- grande création littéraire, l'inspecteur Fred Fellows crée à la fin des années 50 par l'empereur du police-procédural (le roi en étant Mc Bain) Hillary Waugh. Meme façon de nous faire partager les angoisses d'un inspecteur de ne jamais découvrir le coupable, tout en espérant qu'une autre victime ne fasse pas les frais du manque de perspicacité dont parfois le héros peut se croire atteint. Meme si Waugh était insurpassable dans la concision (aucun de ses romans ne dépassait les 200 pages contre ici 330), Robinson - c'est tout à son honneur- ne délaye jamais! C'est juste que comme un vrai flic Banks revient parfois plusieurs fois enqueter chez les memes personnes espérant , guettant la petite phrase qui pourra le mettre sur la piste. Et c'est bien le cas ici, juste UNE PHRASE qu'il mettra en corrélation avec une remarque faite par sa femme et qui lui permettra de tout comprendre. Et c'est réellement jubilatoire de se rendre compte que les pistes étaient bonnes, mais prises dans le mauvais sens!!
Et puis, tout comme on appréciait la singularité des années 60 décrite dans les ouvrages de Waugh, on ressort chaque fois nostalgique des descriptions de l'époque où la cigarette avait droit de cité partout (ce qui indéniablement créait une atmosphère, meme si je suis non-fumeur) sans parler de certaines choses disparues (ah les plats en pyrex...)
Bref c'est savoureux à souhait avec des études psychologiques frisant la perfection sans la "lambinerie" propre à certains ouvrages britanniques style Higgins Clarke (mais peut-etre est-ce parce que Robinson est d'origine canadienne?
PS: Ne tenez pas compte du titre français ri-di-cu-le!

4,5/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : inspecteur banks
Message Publié : 09/04/2010 21:23 
Hors-ligne
Lecteur

Inscription : 09/04/2010 21:01
Message(s) : 3
il est en effet dommage que les versions françaises n'aient pas été éditées dans l'ordre de leur parution originale
j'ai découvert peter robinson il y a environ cinq ans.j'ai d'abord lu"beau monstre" puis "le voyeur..."
j'ai alors fait un gros effort en m'abstenant de lire les nouvelles parutions.je devais me faire violence car la tentation était forte.j'ai attendu d'avoir acheté une bonne dizaine de livres que j'ai alors classés par date d'édition anglaise pour qu'il y ait une logique dans les événements et la vie de Banks.je viens de terminer "l'été qui ..."et j'ai maintenant toute la collection parue en français.
Je crois pouvoir dire que les enquètes de Banks sont certainement dans les plus passionnantes qui soient et qu'il est difficile de lâcher le bouquin quand on on est plongé en pleine lecture


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15/04/2010 18:18 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
3. Matricule 1139 (a necessary end) -livre de poche-
Image
Eastvale. Lors d'une manifestation antinucléaire, la police charge violemment la foule, faisant plusieurs blessés. Mais à l'issue des échauffourées, on découvre le corps de l'agent Gill, poignardé. Les suspects ne manquent pas et la tache de l'inspecteur Banks s'avère délicate...
Troisième opus de notre série, cette enquete va surtout servir à mettre en relief la confrontation entre Banks et un supérieur hierarchique venu de Londres, le très controversé et peu distingué "Dirty Dick" Burgess, raciste notoire, sadique avéré, coureur de jupon invétéré à ses heures, mais également, quand il s'en donne la peine, fin observateur meme si ses opinions politiques le conduise vite à des conclusions erronées. Cependant le perpétuel jeu du chat et de la souris entre les deux personnages est jouissif, surtout que Banks, qui se trouve seul en l'absence de sa femme partie avec les enfants au chevet de son père, doit faire face aux soupçons pesant sur le petit ami de Jenny, psychologue l'ayant aidé lors du premier volume et vers qui il se sent secrètement attiré, ce que ne manque pas de remarquer Burgess, ce dernier en usant pour titiller notre héros, le mettant vite en porte-à faux...
Meme si ici l'enquete sur le meurtre débouche sur une conclusion plus triste que réellement surprenante, on a encore affaire à de grands moments lors des interrogatoires, là où la psychologie prime: exemple page 336 lorsque Banks excite les émotions d'un suspect par une question genante, puis change de sujet pour dominer de nouveau la situation: du grand art!
En n'oubliant pas que l'enquete a lieu en 1989, le moment vintage du volume est sans conteste le retour du...PC Amstrad, yeah!
En conclusion, un bon cru avec des personnages complexes, à la psychologie fouillée, auxquels on s'attache et une enquete qui aurait malgré tout mérité d'etre resserrée (476 pages!).

3.5/5

PS: Je ne peux que conseiller René, tout en le remerciant au passage de ses précisions, de se procurer AU PLUS VITE les 2 volumes des enquetes de Fred Fellows par Hillary Waugh parus aux éditions du Masque, textes contenant la quintessence de ce que seront quasiment trente ans plus tard les récits de Peter Robinson...c'en est troublant!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24/04/2010 13:14 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
4- La vallée des ténèbres (the hanging valley) -livre de poche-
Image

Un nouveau meurtre, cinq ans après celui d'un détective privé couplé à la disparition d'une des habitantes de la ville, met la petite bourgade de Swainshead à nouveau sous les feux des projecteurs. Banks devra faire preuve d'opiniatreté pour arriver à démeler l'écheveau d'une enquete qui le fera pour la première fois quitter le sol anglais pour se rendre au Canada (véritable patrie de l'auteur!)

Avec ce quatrième opus, on sent vraiment que Robinson a tout ses personnages en mains et que son créneau ne variera pas: de l'action, certes, mais de l'action psychologique avant tout! (comme le démontre son personnage lorsque dans l'avion on lui propose à l'aller un film d'action pur et dur qui l'endort, alors qu'au retour le suspense psychologique qui lui est présenté l'intéresse au plus haut point - ce qui nous vaut également une erreur de l'auteur lorsqu'il fait dire à son héros s'adressant à sa femme p 341 "qu'il n'arrive pas dormir en avion")
Ceci étant, nous avons droit comme d'habitude à une galerie de personnages haut en couleur avec comme à chaque fois un focus sur une personne en particulier (ici Katie une femme torturée, en proie à ses démons intérieurs) qui comme souvent aura son importance dans le récit.
Cependant on regrettera des longueurs dans le déroulement de l'histoire, surtout pour la partie se déroulant au Canada, qui freine une histoire dont on devine assez rapidement la conclusion finale.
Dans la partie des "incongruités", ce que pense Banks des experts du département médico-légal (comme quoi ce n'est pas souvent leurs preuves qui permettent de résoudre les affaires criminelles) sera contredit -oh combien!- par la série du meme nom moins de dix ans plus tard! Et on ne terminera pas une critique sans le petit rappel vintage du livre : la fameuse...stéréo portative!! (on est en 1989)

3/5

Petit rappel des titres de la série paru en France selon leur ordre chronologique:
1-le voyeur du Yorkshire
2-le rocher aux corbeaux
3-matricule 1139
4-la vallée des ténèbres
5-noir comme neige
6-wednesday's child (non traduit en France)
7-tout comptes faits
8-un gout de brouillard et de cendres
9-sang à la racine
10-saison sèche
11-froid comme la tombe
12-beau monstre
13-l'été qui ne s'achève jamais
14-ne jouez pas avec le feu
15-étrange affaire
16-le coup au coeur
17-l'ame du diable
18-toutes les couleurs des ténèbres
ceci pour René qui en s'arretant avec "l'été qui..." pensait avoir toute la collection...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07/05/2010 17:16 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
5- Noir comme neige (past reason hated) -livre de poche-
Image

Alors qu'on s'apprete à feter noel, le corps nu et ensanglanté d'une jeune femme, Caroline Hartley , est retrouvé chez elle. Les soupçons sont nombreux et vont d'abord se porter sur la compagne de cette dernière Véronica. Mais le fait que Caroline avait fait du secret son mode de vie ne va pas aider l'Inspecteur Banks, assisté d'une toute nouvelle adjointe Susan Gay, nouvellement promue...
Voici une enquete comme je les affectionne, avec moult suspects, tous plus plausibles les uns que les autres. Le fait que le meurtre concerne une lesbienne -et encore plus parce que l'on est à l'orée des années 90- va attiser les ressentiments de la petite communauté que fréquentait Caroline (mais aussi au sein meme de l'équipe de Banks!), plus encline à se murer dans la conformité qu'à affronter la réalité. Quand à cela s'ajoute le fait que la victime avait eu une vie bien compliquée (et surtout dissolue) avant de se mettre en couple, on comprend vite que Banks, qui va devoir explorer les moindres recoins du passé de la jeune femme, va se retrouver avec une foule de piste à explorer et découvrir alors des personnes qui ont toutes connues Caroline...mais à différents stades de sa vie tumultueuse.
Mais si au bout du compte la vérité était tragiquement simple? certes, mais avec une trouvaille qui vaut bien celle du premier volume
(qui a dit que la ficelle était grosse?).
En tous les cas on passe un agréable moment avec toutes ces pistes qui auraient pu aboutir à différents meurtriers, tous plausibles!

4/5

Il est difficile de savoir ce qui va advenir dans l'immédiat de Susan Gay car le roman suivant est le seul à ne pas avoir été traduit dans notre belle contrée...bientot peut-etre?


6- Wednesday's child (non traduit)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 09/06/2010 14:13 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25/09/2006 13:16
Message(s) : 13696
rené le 06/06/2010 a écrit :
j'ai tous le titres cités par notre ami Grip mais pas tout lu
j'alterne avec d'autres auteurs:Mark Billingham,Jack Higgins, Peter James et James Patterson
Je viens de trouver en Crète "the price of love"que je lirai donc dans sa version originale


rené le 09/06/2010 a écrit :
comme je le dis dans la rubrique "Peter Robinson"
j'ai tte la collection mais je n'ai pas encore tt lu
car je suis attaché à d'autres auteurs de thrillers et j'alterne
merci pr le conseil


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06/07/2010 07:46 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
7- Tous comptes faits (Final account) -livre de poche-
Image

Keith Rothwell un comptable sans histoires est sauvagement assassiné.
Très vite cependant, Banks va s'apercevoir que derrière ce personnage effacé se cache en fait un homme qui pourrait bien avoir une véritable double personnalité des plus complexe...
Ce septième opus des enquetes de Banks nous apprend qu'il y a de l'eau dans le gaz entre lui et sa femme, que Susan Gay semble s'etre bien remise de ses aventures survenues lors du tome 5 et que l'inspecteur Hatchley nous revient de son expatriement dans le nord alors que Richmond quitte (provisoirement?) le service. Tout cela vit, bouge à la manière des personnages crées par Mc Bain avec son 87ème District (qui reste inégalable disons-le une bonne fois pour toute!).
Ici on ne s'ennuie pas une minute et si l'on excepte le personnage peu crédible de Martin Churchill, dictateur fantoche d'une ile, St Coronna, qui n'existe meme pas à ma connaissance (un comble chez Robinson qui s'appuie plus que tout autre sur le réel!), tout le reste se tient bien avec une enquete rondement menée dans laquelle je n'ai pas vu venir le retournement final qui m'a totalement subjugué et qui remet tout en perspective. Et pourtant ce n'était pas gagné lorsque l'on voyait le thème de l'histoire: le milieu de la finance et de l'argent sale. Mais tout le talent de Robinson est justement de ne jamais nous laisser sur le bord de la route en éludant tous les aspects techniques roboratifs de ce milieu, ce qui fait que l'on navigue sans arret entre secrets de famille et tueur à gage de la pire espèce mais sans jamais oublier le coté humain, comme p122 lorsque Banks meme marié espère toujours séduire "en apercevant une lueur de déception" dans le regard de la jeune femme qu'il a en face de lui.
Pour finir et comme à chaque fois, le coté vintage du livre (1994) lorsque Banks aperçoit dixit "les poils blonds sous les aisselles d'une femme", à l'air du tout épilé cela rappelle de (bons) souvenirs...

4.5/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09/07/2010 19:51 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
8- Un gout de brouillard et de cendres (Innocent graves) -livre de poche-
Image
Une jeune fille de seize ans, élève de la très huppée école Ste Mary, est retrouvée morte dans un cimetière, le corps dénudé. L'enquete rondement menée permet très vite de trouver un suspect plus que plausible Owen Pierce...mais Banks ne se trompe t-'il pas?

Que dire sur cette huitième enquete de l'Inspecteur Banks, si ce n'est qu'elle est à mon avis la plus aboutie de toutes celles lues jusqu'ici!
En arrivant, une fois n'est pas coutume, à meler à la fois l'enquete habituelle tout en y ajoutant la découverte du système judiciaire anglais , Robinson trouvesa place à coté d'auteurs tels que Richard North Patterson, Steve Martini ou Scott Turow maitres du roman judiciaire américain, un genre en soi, relativement boudé en France (et quel dommage lorsque l'on voit des chefs d'oeuvres tels que La loi de nos pères ou Un témoin silencieux).
Robinson change de dimension , voire de catégorie et rejoint la caste des plus grands avec ce récit tout en nuance qui est avant tout celui d'un homme victime d'une erreur judiciaire et qui va s'en trouver mentalement brisé. En fait la majeure partie du roman est centré sur le personnage de Pierce au point que l'on en oublie parfois l'enquete de départ (un comble!) Ce qui fait que lorsque par un coup de theatre, celle ci est relancée, on ne peut s'empecher malgré tout de suivre le parcours de Pierce jusqu'à sa déchéance finale.
En parallèle de tout ceci, on remarquera page 71 l'incroyable pique lancé à travers l'opinion de Banks par Robinson sur un confrère, Jeffrey Archer, rare dans ce milieu!
Bref, un roman ESSENTIEL dans cette série, qui fait que l'on regrettera d'autant plus les maladresses de transcriptions : un exemple, p356 où l'on croit que Ivor Siobhan est le nom d'une personne alors que quelques pages plus loin on apprend en fait que ce sont les prénoms du mari et de la femme!! Genant.
Roman-étalon de la série?

5/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18/07/2010 18:49 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
9- Le sang à la racine (Dead right/Blood at the root) -livre de poche-
Image

Un jeune homme battu à mort est retrouvé dans une ruelle. Tout porte à croire que ceci est le fait de trois jeunes pakistanais, surtout lorsque l'investigation apporte la preuve que l'homme était un raciste notoire...

Si l'enquete précédente avait placé Robinson dans le haut du panier de la littérature policière anglaise (et était donc de fait indispensable à lire), celle-ci l'est tout autant mais pour une autre raison. Attention, que l'on ne se méprenne pas, nous avons encore affaire à une histoire de haute volée, meme si elle n'atteint pas en intensité la précédente. Cependant, "le sang à la racine" est un titre primordial car il apporte une avancée spectaculaire dans la vie privée de Banks. En effet, c'est dans ce volume que sa femme le quitte (provisoirement?) pour faire le point sur leur couple,. Notre héros est également persécuté dans son boulot par un surintendant Riddle, semblant lui en vouloir personnellement; comment expliquer autrement l'acharnement dont est victime Banks? En effet après toutes les affaires qu'il a résolu à Eastvale (plus quand on y pense que toute une escouade de flics dans toute leurs vies!!) il devrait etre intouchable! C'est bien simple, à la fin du livre il est à démis de ses fonctions!
Cela ne va pas l'empecher de mener à bien une enquete ayant des relents de racisme, mais comme à chaque fois chez Robinson, avec un double traitement permettant ici la dénonciation des filières de drogues.
On appréciera pour la première fois un interrogatoire mené par le chef de Banks, Gristhorpe, ce qui amènera une très intéressante comparaison faite par Susan entre les deux amis (p280), cette dernière prenant de plus en plus d'importance dans la série (au détriment de personnages comme Hatchley ou Richmond qui était pourtant là avant). C'est d'ailleurs elle qui causera la perte de Banks.
Comme on le voit, encore un roman "plein", meme si on peut regretter la non résolution de l'identité de l'indic faisant courir un risque à la taupe infiltrée. Ceci étant, ce n'est pas très grave car le chef du mouvement pro-nazi disparaissant, on peut penser que l'ensemble du groupe se désagrègera de lui meme et que la taupe aura terminé de fait son travail.

Le moment vintage? il y en a deux mais après réflexion je citerai la mention de Gaza qui ne parlera qu'aux aficionados du foot...

Pour terminer, je ne resiste pas à vous conter la blague racontée à Banks par Dirty Burgess: C'est un gars qui rentre dans un pub avec un poulpe et qui parie avec l'orchestre que l'animal pourra jouer de tous leurs instruments. Après avoir joué comme un Dieu de la clarinette, de la guitare, du bongo , du saxo etc il cale sur la cornemuse. Là un des musiciens lui dit qu'il vient de perdre son pari, mais le gars au poulpe lui dit:"Attends, lorsqu'il s'apercevra qu'il ne peut pas se la faire, il en jouera!"

4/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22/07/2010 20:08 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
10- Saison sèche (In a dry season) -albin michel- -livre de poche-
Image

Alors que l'on a asséché un lac dans le Yorkshire, découvrant l'ancien village de Hobb's end, le petit Adam, en décidant d'aller y faire un tour, découvre une main squelettique...Et voilà l'inspecteur Banks plongé dans une enquete le ramenant plus de 50 ans en arrière, au temps de la seconde guerre mondiale...

Grand prix de littérature policière et première enquete de notre héros traduite en France, Saison sèche a été écrit de manière très "cold casien" par Robinson. En effet, tout comme dans l'excellente série traitant des affaires classée, non élucidées, ce roman est avant tout une plongée, à travers la voix d'une des seules rescapées de l'époque, dans ces années sombres où le temps semblait s'etre suspendu. Le fait qu'il y est alternance entre cette voix- dont on ne sait d'ailleurs si ce qui nous est relaté est le journal que Banks tiendra dans ses mains ou si ce sont plus des souvenirs que nous confie la survivante- et l'enquete que mène notre inspecteur, fait qu'une certaine nostalgie nous étreint (tout comme ce que l'on ressent à la vue de Cold Case). Alors qu'importe si l'on devine le dénouement bien avant la fin, car l'atmosphère d'un temps révolu est ici la clé d'un bouquin formidable.
En ce qui concerne la vie privé de Banks, ça file à 100 à l'heure! Le divorce semble consommé avec Sandra ce qui fait que ce dernier a démanagé pour une ancienne baraque à refaire, délaissant son boulot, qu'il a réussi à garder -mais à quel prix!-, juste cantonné à remplir des paperasses. Hatchley et Gristhorpe ne le voit plus et Susan Gay s'est faite mutée. Après une traversée du désert fortement alcoolisée, il sera envoyé sur cette affaire par Riddle, aux yeux duquel l'enquete sur un cadavre vieux d'un demi siècle ne semble pas de première importance. Erreur! Entre autre chose, Banks y fera la connaissance d'une inspectrice futée: le major Cabot dont il ne restera pas insensible aux charmes...
En bref, une nouvelle très bonne histoire, avec deux passages intéressants: celui nous expliquant la nature profonde de Banks, avant tout "un observateur, toujours à l'extérieur, meme quand il jouait avec ses camarades" et celui nous contant comment peuvent se faire les critiques au dos d'un livre,comme lorsque l'on écrit "un livre de premier plan",qui peut etre une citation sortit de son contexte: "si ce livre avait recélé la moindre parcelle de talent, je n'aurais pas hésité à y voir un ouvrage de premier plan"! Usage surtout usité dans les ouvrages anglo-saxons...

4.5/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27/07/2010 06:01 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
11- Froid comme la tombe (cold is the grave) -albin michel- -livre de poche-
Image

un soir, alors que Banks -qui est toujours sur la touche dans son travail, ne passant plus son temps qu'à remplir des formulaires- se trouve seul dans sa maison, il reçoit un coup de fil de Riddle, son supérieur honnis, qui lui demande de venir chez lui. En effet, sa fille, Emily a fugué sur Londres et il lui demande de la retrouver. Très vite cependant, Banks va s'apercevoir que l'adolescente est plus délurée que la moyenne et que l'homme avec qui elle sort est un bandit de la pire espèce, mais surtout que la famille Riddle cache un secret qui pourrait bien amener la destruction du couple...

L'idée, dans cette onzième histoire de notre héros, est vite de savoir si Banks va vouloir venir en aide à cet homme qu'il déteste et qu'il accuse de l'avoir mis au placard dans son travail. Très vite la réponse est oui, car Banks est avant tout un indécrottable curieux. Cependant, ce qui intéressant dans ce roman, c'est que rapidement l'inspecteur va retrouver la fifille à son papa et la ramener au bercail, alors qu'il reste encore les 2/3 du roman à lire! C'est pour mieux rebondir, mon enfant, car un coup de théatre survient ensuite qui va remettre en perspective toute l'enquete et va forcer Banks à "remuer" le malfrat avec qui sortait Emilyceci avec l'aide de Burgess (qui nous apparait de plus en plus sympathique, malgré son aspect "raciste notoire"), mais également les Riddle, sentant bien que cette famille cache quelque chose. Ce que découvrira notre héros amènera également un drame qui était inéluctable au final...
Nul doute que cette onzième enquete va marquer la suite des aventures de Banks personnellement aussi bien que professionnellement.
On appréciera d'autant plus des petits moments sympathiques dans cette enquete grave comme dans cette scène où Banks, à qui son fils vient d'envoyer le cd de son groupe, décide de le laisser bien en vu sur son bureau...en espérant qu'on lui demande ce qu'il écoute et qu'il puisse ainsi se vanter que ce soit son fils (puéril?non humain!) Ou encore cette remarque très drole de burgess sur des promeneurs ayant trouvé un mort et qu'il appelle "la brigade des anoraks et des promeneurs de chiens".
Mais surtout, on apprend ENFIN l'origine de la cicatrice que porte Banks en dessous de l'oeil et qui est pour le moins traumatisante!
En bref, encore une réussite de Robinson, dans ce roman explorant les secrets de famille avec en prime une conclusion nous présentant un personnage glaçant dont on découvre la véritable personnalité manipulatrice qu'en toute fin de roman.
Le moment vintage? Je ne me souvenais plus qu'à l'orée des années 2000 on appelait les portables des...mobiles!

4.3/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30/07/2010 06:41 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
12-Beau monstre (aftermath) -albin michel- -livre de poche-
Image

Un appel à la police. Une femme trouvée inanimée, battue, à l'entrée de la maison. Pour ces deux flics, tout cela ressemble à ce qu'on leur a signalé, à savoir une banale querelle familiale, jusqu'à ce qu'il pénètre dans la cave et découvrent l'horreur. Leur vie à tous deux en sera bouleversée à jamais...

Robinson frappe très fort avec cette 12ème enquete de l'inspecteur Banks. Pour la première fois dans la série, on pénètre dans l'univers des serial killers, mais à la manière de l'auteur, tout en faux semblant. En effet, dés les premières pages l'auteur des meurtres est stoppé (brutalement, on y reviendra par la suite) et pourtant Banks n'est pas satisfait. Laissant l'enquete se poursuivre, Robinson l'entrecoupe en plusieurs chapitres narrant les disparitions des jeunes filles, égrenant ainsi comme une longue litanie mortuaire toutes les vies de ces victimes. Finalement, tout comme son héros, nous aussi nous finissons par nous poser la question de savoir si le véritable meurtrier a été arreté. Oh bien sur, l'homme bien sous tous rapports est coupable sans aucune contestation possible, mais très vite les doutes de Banks se pose également sur la femme du monstre (on pense à l'affaire Fourniret). Mais elle meme était pourtant une victime, régulièrement battue par son mari. Alors où est la vérité?
Ce qui fait la force de ce roman, un des meilleurs de Robinson, c'est sa double lecture. En effet, en plus de l'enquete proprement dite, on a également affaire au sujet traitant des conséquences d'une bavure lors d'une arrestation et le suivi aussi bien judiciaire que psychologique que va subir la principale concernée (ici l'agent de police stagiaire Janet Taylor), ce jusqu'aux conséquences finales dramatiques. Et comme tout est lié, c'est l'agent Annie Cabot, placé devant le fait accompli qui devra donner ses conclusions, ce qui ne sera pas sans effet sur sa liaison avec Banks, ce dernier -en plus d'etre monté en grade et ayant sous ses ordres un nouvel effectif, apprendra dans le meme temps que son ex-femme est tombée enceinte de son nouvel ami. Et pour la première fois, on sent le détective pret de craquer, d'autant que l'enquete n'a pas fini de réveler toute son horreur...
Au final, un nouvel opus explosif du niveau de "un gout de brouillard et de cendres", principalement due au fait que Robinson joue sur deux tableaux avec ces deux histoires liées au début, mais qui vont diamétralement s'opposer ensuite dans leur traitement.

5/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03/08/2010 15:16 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
13- L'été qui ne s'achève jamais (the summer that never was/close to home) -albin michel- -livre de poche-
Image

Alors que dans le comté d'Eastvale, on recherche un adolescent qui a disparu, on retrouve dans la région d'enfance de Banks, le corps de Graham Marshall, un des cinq inséparables qui formait la bande auquel notre héros appartenait. Longtemps on a cru sa disparition liée à une affaire de pédophilie, mais la vérité n'est elle pas plus compliquée?

Roman nostalgique s'il en est, ce treizième opus est avant tout l'occasion pour Robinson de nous narrer par petites touches l'adolescence insouciante de Banks à travers ses souvenirs qui immanquablement lui reviennent lorsqu'il rejoint son lieu d'enfance. Cette enquete va lui permettre de solder ses comptes avec son père, ouvrier dur à la tache, qui n'a jamais admis la vocation de son fils -la police-, ayant eu lui-meme trop souvent à en découdre avec elle lors des émeutes durement réprimé de 1984 sous le gouvernement de hypercapitaliste de Thatcher. Jalousant son frère Roy, dont en entend parler pour la première fois, Banks n'aura de cesse de découvrir l'instigateur du meurtre avec l'aide de Michelle Hart, inspecteur d'une quarantaine d'années, auquel Banks ne restera pas insensible aux charmes. On peut d'ailleurs s'étonner que Robinson en fasse un tel tombeur, après l'avoir tant muselé lors des premiers romans! Y a pas à dire, le divorce ça a du bon!
Concernant l'enquete sur la disparition de Luke Armitage, c'est -fait nouveau- Annie Cabbot qui la résoudra sans quasiment aucune aide de son supérieur, en prenant seule les initiatives.
Il faut l'avouer, ce roman tient avant tout ses promesses surtout par l'aspect psychologique toujours finement étudié, plus que par la résolution des crimes dont on peut se douter du dénouement (surtout pour l'enquete présente). Ceci étant, on sent que Robinson domine son sujet depuis quelques romans et qu'il atteint une sorte de culmen dont il sera intéressant de noter jusqu'où elle le portera...

4.3/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19/08/2010 14:16 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
14- Ne jouez pas avec le feu (playing with fire) -albin michel- -livre de poche-
Image

On retrouve deux cadavres dans deux péniches calcinées. Pour Banks et son équipe, cela ne fait aucun doute: on a affaire à des meurtres. Mais qui était visé? Tina l'adolescente droguée ou Tom l'artiste solitaire?

Encore une réussite pour Robinson avec ce roman...et pourtant ce n'était pas gagné! Très vite l'orientation que prend l'enquete vers le milieu de l'art n'augure rien de bon (pour moi!). On peut très vite ennuyer le lecteur dans ce milieu élitiste et mondain. Mais comme toujours chez Robinson, il arrive à déjouer les pièges du genre et rapidement recel et trafic n'ont plus de secrets pour nous autres profanes!
Cependant, il faut mettre au crédit de l'auteur sa grande faculté à brouiller les pistes en nous présentant des personnages d'une très grande richesse émotionnelle. Jugez-en:
En premier lieu, il y a Mark, un jeune homme attachant qui, suite à son arrestation, va errer dans les landes à la manière d'Owen Pierce (cf Un gout de brouillard et de cendres), avant que Banks ne se prenne d'affection pour lui. Ensuite nous trouvons pele-mele un atroce docteur, capable des pires atrocités envers sa fille...et plus encore! Le retour de Dirty Dick Burgess qui semble se rapprocher de plus en plus de Banks, mais surtout un personnage haut en couleur, le fameux incendiaire de l'histoire, qui semble devoir devenir le "Moriarty" de Banks, à la façon de Sherlock Holmes ou du Sourd de Ed Mc Bain qui rend fou à chaque fois le 87ème District -en bref, un personnage tour à tour charmeur et monstrueux, qu'on n'oubliera pas...et pour cause! La conclusion pleine de suspense bouleversera sans nul doute la vie future de Banks.
Décidément, on ne peut que constater l'acuité avec laquelle Robinson nous présente tout son petit monde et l'humanité qu'il y transmet.

4.5/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23/08/2010 08:42 
Hors-ligne
Lecteur curieux

Inscription : 20/11/2008 19:15
Message(s) : 381
15-Etrange affaire (strange affair) -albin michel- -livre de poche-
Image

Sur son répondeur, Banks reçoit un message alarmiste de son frère lui demandant de l'aide. Pendant ce temps au poste d'Eastvale, Annie Cabot enquete sur le meurtre d'une jeune femme qui portait dans sa poche un papier froissé avec écrit dessus le nom et l'adresse de Banks...

Il faut bien avouer qu'avec cette nouvelle enquete on redescend d'un cran dans la tension psychologique, meme si celle-ci est centrée sur le frère -méconnu- de Banks. Ce dernier se remet difficilement de la conclusion de l'enquete précédente avec tous les effets dévastateurs qu'elle a occasionné, lorsqu'il lui est donné de renouer les liens disparates avec son frère cadet par l'entremise d'un appel téléphonique plutot inquiétant. Mais très vite, Banks va s'apercevoir que les doutes qu'il avait sur Roy vont se révéler justifiés, ce dernier magouillant dans des affaires qui le dépasse, laissant Banks exsangue à la suite d'un final concernant la vie d'un bébé rien moins que monstrueux...Mais plus que la famille entière de l'inspecteur touchée par un nouveau drame, ce roman est avant tout l'occasion pour l'auteur de mettre en avant un personnage intéressant et sous-employé jusque là, Kevin Templeton, jeune officier aux dents longues, rentré au poste d'Eastvale en meme temps que Gavin Rickerd et la superbe noire Winsome Jackman avec le11ème volume "Froid comme la tombe". Templeton est intéressant car Robinson n'hésite pas à en faire un portrait peu flatteur: sexiste, limite obsédé et raciste (comme Mc Bain l'avait fait avant lui avec le personnage deCarter pour le 87ème District)...mais également accrocheur et n'hésitant pas ici -à juste raison- à suivre son instinct qui le conduira à résoudre une sordide affaire de viol avec meurtre permettant de retrouver le personnage de Susan Gay, nouvellement Browne car mariée.
Ceci dit l'accumulation des mauvaises nouvelles dans la vie de Banks (il se fait meme rembarré par Penny Cartwright autre ancien personnage apparu dans "Le rocher aux corbeaux", qui finira ce volume avec un sentencieux:"vous ne pigez toujours pas, hein?") fait qu'on peut se demander jusqu'à quand il va supporter tout ce qui lui arrive sans craquer...

4/5


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC-1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB