Nous sommes actuellement le 14/12/2019 18:40

Le fuseau horaire est UTC-1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 17/09/2010 08:37 
Hors-ligne
Lecteur gourmand
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22/11/2009 08:08
Message(s) : 1120
Localisation : Somewhere over the Rainbow
Image :arrow:Lire la chronique sur Plume Libre

En 1954, une jeune femme de 20 ans rejoint son premier poste de maîtresse d'école à Ségalières, un hameau à 800 m d'altitude entre la vallée du Lot et les monts d'Auvergne.
Ornella Perrugi est la fille d'un maçon italien, ses parents sont pauvres mais elle a choisi très tôt son destin « cinq ans, mais déjà je savais : les livres règneraient sur moi comme je règnerai sur eux ».
La foi dans son métier chevillée au corps, elle va se heurter, dans son premier poste, à la rudesse des paysans qui ont besoin de leurs enfants pour le travail des terres, qui souhaitent pour eux le Certificat mais pas l'entrée en 6e.
Mutée parce qu'elle va défendre, bec et ongles, un enfant en détresse, elle va rejoindre un poste double. Ce sera la rencontre avec Pierre qui s'occupe des petits et elle des grands. Amoureux, jeunes époux, puis parents, ils vivront tout au long de leur vie leur passion commune pour l'éducation et poursuivront leur carrière au gré des réformes...
Dans ce très beau roman, Christian Signol, nous raconte avec l'émotion, la tendresse et la nostalgie qui lui sont propres un demi-siècle de notre histoire et donne un visage à ces successeurs magnifiques des « hussards noirs de la République » à qui nous devons tant.

_________________
Je me disais que, tant qu'il y aurait des livres, le bonheur m'était garanti - Simone de Beauvoir (Mémoires d'une jeune fille rangée)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/09/2010 08:42 
Hors-ligne
Lecteur gourmand
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22/11/2009 08:08
Message(s) : 1120
Localisation : Somewhere over the Rainbow
En ouvrant ce livre, j’espérais retrouver un peu l’odeur de la craie, de la colle Cléopatre et de l’encaustique dont on cirait nos pupitres à chaque fin d’année scolaire. Il est vrai qu’on « ne guérit jamais de son enfance », selon moi. :oops:

Mission accomplie pour Christian Signol qui, au travers de son héroïne, Ornella Perrugi, retrace le chemin de l’école française des années 50 aux années 90.

Ornella est une jeune femme tout à la fois douce et pleine de caractère, passionnée par son métier qu’elle exerce, il faut bien l’avouer, d’une manière empirique et guidée par le bon sens.
Elle nous faire part de ses difficultés à enseigner dans une classe unique mais aussi du formidable challenge que cela représente.
Elle ira ensuite dans une école avec un poste double où elle rencontrera celui qui deviendra son mari. J’ai ainsi appris que les Inspecteurs faisaient également office de « marieurs », puisqu’ils s’arrangeaient pour placer deux jeunes célibataires sur les postes doubles !! :wink:

Une bonne partie du roman se situe dans les années cinquante et le début des années soixante ; les transmutations qui s’opèrent ensuite au sein de l’Ecole en France sont abordées de manière plus informelle que romanesque.

On s’aperçoit que les maîtres d’école d’alors étaient beaucoup plus libres dans leur façon d’enseigner et qu’ils avaient « moins de comptes à rendre ». Ils étaient aussi bien moins préparés et assistés, face à des élèves en grande difficulté (autisme, élèves se scarifiant …)

Bref, un livre qui, à l’image de son auteur, est d’une grande nostalgie et d’un grand respect pour les « générations passées » et les valeurs morales.

Et finalement on s’aperçoit qu’Ornella n’est pas là, juste pour accompagner ces enfants sur le chemin de l’école, mais aussi et surtout sur le chemin de la vie… :grin:

_________________
Je me disais que, tant qu'il y aurait des livres, le bonheur m'était garanti - Simone de Beauvoir (Mémoires d'une jeune fille rangée)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/09/2010 09:42 
Hors-ligne
Libraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17/08/2008 15:31
Message(s) : 2553
Localisation : près de lille
Belle critique Nanou, tu as fini de me convaincre.
Et je suis bien d'accord avec toi, "on ne guérit jamais de son enfance" comme tu dis si bien.
Concernant la colle Cléopâtre j'en ai toujours un pot dans ma classe car je ne m'en lasse pas (j'en mangeais quand j'étais petite mais maintenant je me contente de la renifler :oops: )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/09/2010 10:03 
Hors-ligne
Lecteur gourmand
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22/11/2009 08:08
Message(s) : 1120
Localisation : Somewhere over the Rainbow
Ah moi aussi, je mangeais la colle :lol:

Tu es professeur des écoles, Sofihm ??

_________________
Je me disais que, tant qu'il y aurait des livres, le bonheur m'était garanti - Simone de Beauvoir (Mémoires d'une jeune fille rangée)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/09/2010 15:02 
Hors-ligne
Libraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17/08/2008 15:31
Message(s) : 2553
Localisation : près de lille
Oui Nanou, j'ai des CP et des CE1 dans une école de village.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/09/2010 15:36 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28/06/2006 15:17
Message(s) : 13403
Localisation : Ravenie du nord de l'est.
Je ne connais pas les livres de Christian Signol mais après avoir lu ton avis Nanou, ça va être très dur de résister :marteau:

Haaaaaaaaaaa la colle Cléopâtre .... c'était que du bonheur :grin:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/09/2010 15:44 
Hors-ligne
Lecteur gourmand
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22/11/2009 08:08
Message(s) : 1120
Localisation : Somewhere over the Rainbow
Merci Sofihm pour ta réponse qu'entre-temps, j'avais trouvé en cliquant sur le lien de ton blog (qui figure désormais dans mes favoris)

Raven, attention, on est très loin des polars avec Christian Signol :lol:

C'est mon côté "roman du terroir" qui ressort de temps à autre et ça me fait du bien d'alterner ce genre de lectures avec des thrillers assez noirs.

Pour le fun, j'ai relevé une énorme coquille vers la fin du roman : désAmparé;

Christian Signol, tu me copieras 100 fois : "mes lecteurs et lectrices se trouvent totalement désemparés devant ce genre de bévue !!" :mrgreen: :p

_________________
Je me disais que, tant qu'il y aurait des livres, le bonheur m'était garanti - Simone de Beauvoir (Mémoires d'une jeune fille rangée)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17/09/2010 15:52 
Hors-ligne
Libraire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17/08/2008 15:31
Message(s) : 2553
Localisation : près de lille
J'aime bien les romans du terroir moi aussi entre deux polars.
Ca fait mauvais genre cette coquille surtout avec un titre pareil ! :marteau:
et merci Nanou pour la mise en favoris :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 18/09/2010 06:58 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28/06/2006 15:17
Message(s) : 13403
Localisation : Ravenie du nord de l'est.
Hooo mais heuuu je ne lis pas que des Polar :schock: : sifflote : :grin:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 08/08/2011 07:27 
Hors-ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28/06/2006 15:17
Message(s) : 13403
Localisation : Ravenie du nord de l'est.
Mic a écrit :
:smile: Je viens de terminer "Une si belle école" et je suis encore sous le charme de la prose de Christian Signol. Histoire pleine de nostalgie sur notre belle France, l'héroïne Ornella Peruggi écrit ses souvenirs comme un testament avant de partir ... Ellle nous transmet l'amour du travail bien fait, institutrice pleine de sensibilité, elle aime les enfants et donne beaucoup de sa personne ... Bref! un roman qui fait du bien, loin de la fureur du bruit, de la violence et du cynisme. MIC.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 10/08/2011 07:05 
Hors-ligne
Lecteur gourmand
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08/05/2011 07:47
Message(s) : 938
Localisation : Entre Saint-Etienne et Lyon
Je ne connais pas les livres de ce monsieur mais avec un résumé et des avis tels, je crois que je vais m'y mettre. J'adore ce genre de romans en général. Mais je vais quand même devoir attendre qu'il sorte en poche (question de budget... :cry: ).

Dans le même style, il y a deux romans que j'ai découvert :
- La maîtresse au piquet - Jean Anglade
" Comment ! Toi qui es folle de concerts, de théâtre, de musées, tu te laisses envoyer en pénitence au fin fond d'une province ...
! " C'est ainsi que les amies parisiennes de Frédérique saluent sa décision de partir vivre en Auvergne. Mais la jeune institutrice tient bon. Elle ne peut plus supporter le stress de la vie à Paris, l'indifférence de ses habitants, la crasse du métro ni les brimades de ses élèves du quartier " chaud " où elle enseigne. Elle obtient sa mutation et part s'installer dans un petit hameau, à Antaillat, près d'Issoire. Là, dès son arrivée, elle trouve ce bonheur auquel elle aspirait.
Des voisins chaleureux, des écoliers tranquilles, un jardin peuplé d'animaux familiers : Krasucki, le poisson rouge ; Bunny, le lapin ; Croc-Blanc, le chien husky. Elle s'imprègne de la sagesse paysanne et rencontre enfin Vincent, un jeune ouvrier métallurgiste. Frédérique s'efforce de lui communiquer la joie de la lecture et de la musique, Vincent lui réapprend l'amour et la simplicité. Et malgré la maladie qui va frapper Frédérique, portés par la douceur de vivre auvergnate, ils marchent ensemble vers l'avenir. Un roman riche d'actualité et d'espérance.


- La maîtresse d'école - Marie-Paul Armand (j'adore les romans de cet auteur. A chaque fois, je suis transportée.)

Céline est née en 1918 dans un village de pêcheurs. Depuis qu'elle est enfant, ses parents lui répètent qu'elle épousera un marin. Elle accepte d'autant plus volontiers qu'elle est amoureuse de Pierrot, son matelot. Cela dit, la vie qui va avec ne l'attire pas du tout : l'attente, la peur, le travail harassant chez les mareyeurs... Ce qu'elle veut c'est être institutrice ! Ce rêve, elle le réalisera et croira défaillir de bonheur lorsqu'elle entrera pour la première fois dans sa classe ; défaillir de douleur aussi, lorsque Pierrot lui dira qu'il ne veut pas épouser une institutrice... C'est cette histoire que nous raconte Marie-Paul Armand. Puis celle d'Irène, la fille de Céline.

_________________
http://pampoune-lectures.over-blog.com/


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC-1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB